La savane au bout des doigts

Cela faisait longtemps que mes crayons ne s’étaient pas confrontés au monde vivant ! J’ai redécouvert mon affection pour le dessin en plein air lors d’une promenade récente au zoo-parc de Beauval. Le fait de saisir au vol ce qui se déroule sous nos yeux est un témoignage unique de la vie telle qu’on la ressent, et gourmande de dessin comme je le suis, j’ai pu étudier tout à mon aise les attitudes des animaux que je croquais (fallait-il encore qu’ils gardent la pose ^^). Une sélection d’esquisses faites dans le vif de l’action :

Beauval est l’endroit idéal pour enrichir ses connaissances à propos de l’anatomie des animaux. C’est un répertoire vivant intarissable ! Formes des pattes, des oreilles, du corps, de la tête, couleurs du pelage, texture de la peau, attitudes, les animaux ont toujours quelque chose à nous apprendre… Et ces dessins font désormais partie de ma banque de références 😉

Ah oui, et voici l’oiseau croqueur de bestioles pour terminer ^^ :

Publicités

Dans la série… Peinture

Cette semaine, un éventail d’artistes peintres dont le travail vaut le coup d’oeil… =)

Tout d’abord, Étienne Gros, qui explore le corps dans ses moindres détails et imperfections : (allez aussi voir son travail sur les mousses et les fumées, inattendu mais quasi-photographique >> rubrique dessins/sculptures)

On continue avec un petit décollement de rétine signé Françoise Nielly, qui peint des portraits saturés en pigments mais sont étrangement harmonieux (on remarquera le travail sur les valeurs) :

Dans un style plus alternatif voire dépressif, Herakut, duo d’artistes graffeurs allemands, qui font des merveilles en grand format :

On poursuit avec Stella Im Hultberg, qui peint des femmes éthérées à la Klimt (on peut dire qu’elle maîtrise son sujet). Je vous conseille de consulter ses carnets de croquis, que l’on peut qualifier de bien remplis (rubrique Sketchbook) :

Pour finir en beauté, un détour par l’univers sombre de Sit, peuplé d’animaux et de corps décharnés, dans lesquels s’insinue une certaine perversion :

C’est tout pour le moment ! Je n’ai d’ailleurs pas tenu mes engagements, comme vous l’avez constaté je n’arrive pas à honorer le rythme que j’avais proposé ! Un article par semaine sera plus raisonnable =)
Sur ce, eh bien, à la semaine prochaine…

Dans la série…

Mes journées étant bien occupées ces temps derniers, je n’ai pas l’occasion de produire grand chose de mes mains ni de poster beaucoup à propos de mon quotidien ! Je nourris donc un peu ce blog délaissé en vous faisant part de petites découvertes que j’ai faites en arpentant les méandres du web… Voici donc une série d’artistes qui me donnent envie de créer, d’inventer, de me faire remarquer pour ce que je sais faire de mes mains et de mes idées, histoire d’égayer un peu la météo hésitante. Je présenterai un talent par post, disons deux par semaine, je pense que c’est un rythme raisonnable =)

Aujourd’hui, le chef vous propose quelques illustrateurs :

T. S. Abe ouvre le bal. Jeune femme qui vit à Londres, elle est née en 1989. Virtuose du réalisme au crayon à papier, elle expose depuis 2007, je vous laisse apprécier le coup de crayon :

Eduard Erlikh : illustrateur de mode américain très talentueux, il joue sur les aplats de couleurs et les volumes, qu’il évoque à l’encre par des traits simples et gracieux, mais terriblement nerveux :

Et maintenant, un détour chez Claire Hummel aka Shoomlah, qui vient de Los Angeles. Dans un style plus cartoon, elle a réalisé (entre autres) une série sur les princesses Disney, dans laquelle elle réinterprète leurs costumes en s’inspirant de la mode vestimentaire de l’époque précise où se situe leur conte. Un aperçu en images :

Candice Tripp, née en 1985, dans un style poétique assez dérangeant, car délicieusement décalé et morbide. Elle accorde une grande place au vide dans ses univers nostalgiques. Un bon mélange empreint de désespoir et d’innocence souillée :

Et enfin, pour clore ce premier chapitre, Lora Zombie, une demoiselle qui fait du grunge art bien crado. Du glamour industriel dégoulinant du mal être nauséabond de la société, entre rêves brisés et bonheur macabre :

C’est tout pour aujourd’hui, mais si vous voulez prolonger vos découvertes, j’ai déjà fait un ou deux articles sur des artistes fort doués eux aussi : ici ou encore ici si ça vous dit, et aussi dans les rubriques Rêver et Apprécier sur la droite =)

Feu d’épices

Projet achevé, voici les résultats de l’énigme de l’épisode précédent ! =D

Et voilà quelques heures bien occupées ! Je peux rayer ça de ma liste de choses à confectionner 😉
Je vous présente donc la nouvelle gavroche que j’ai spécialement réalisée pour ma Kanell, baptisée Feu d’Épices (ça représente plutôt bien la demoiselle, je trouve) ❤

Tissus de chez Emma, corde à passepoil de chez Imagine (une petite mercerie de Blois), ancienne jupe en velours brun, un bouton recouvert, un bout de calendrier, et le tour est joué !
En prime, quelques illustrations de l’ouvrage en cours…

Et j’en connais certains qui prennent activement part à ma concentration :

En dehors de mes projets couture, j’attaque deux mois de travail dans la boutique d’Emma à Orléans, pas plus tard que demain matin !
Je me suis également plongée dans la lecture intensive de mes cours de stylisme, je dois dire que tous les exercices proposés me séduisent beaucoup ! Je n’ai pas beaucoup à me forcer pour prendre goût au dessin de mode 😉

La suite au prochain épisode !